Comme pour une maison, malgré les petits ménages fréquents, il faut parfois nettoyer à fond. Chaque jour, le corps accumule une foule d'éléments qu'il doit trier, transformer, utiliser ou éliminer. Ces éléments proviennent principalement de plusieurs sources externes: eau, air, aliments, parfums, produits cosmétiques, de nettoyage, de soin corporel, de santé naturelle, médicaments, enduits et colles dans nos maisons, nos voitures, nos milieux de travail, etc. D'autres se sont glissés à l'interne et sont très difficiles à éliminer (mercure dans les amalgames dentaires, métaux lourds provenant de vaccins, hormones ingérées). Finalement, certains sont générés par les activités internes de transformation (métabolisme) et ont normalement une durée de vie temporaire.

 

Beaucoup d'éléments absorbés sont nécessaires aux besoins du corps (eau, air, aliments); d'autres lui sont imposés, soit par notre mode de vie (air pollué, embouteillage, emploi, fast-food, alcool), soit par nos choix de consommation. Ces choix ne se font pas toujours en fonction de la qualité des produits ou de leur impact potentiel sur la santé.

Par exemple, pour laver les vitres, nous avons le choix d'utiliser de l'eau vinaigrée ou bien un produit nettoyant chimique en vaporisateur. L'eau vinaigrée aura peu d'impact sur les poumons, la peau, les muqueuses du nez et des yeux ainsi que l'environnement. Par contre, le produit vaporisé contient des substances chimiques (détergent, solvants et colorants) qui seront partiellement absorbés par ces organes. C'est le cas d'une foule de produits utilisés et entreposés dans nos résidences, nos lieux de travail et bien d'autres endroits. Beaucoup dégagent constamment des éléments toxiques, même en entreposage.

Il n'y a pas si longtemps, il n'y avait qu'un nombre limité de ces produits potentiellement toxiques. Depuis le début de l'ère industrielle, ils se sont multipliés à un rythme effarant. Vantés par de nombreuses publicités, les cosmétiques, produits de nettoyage et de soin corporel se retrouvent souvent par dizaines dans les résidences d'Amérique du Nord. Certains métiers exposent beaucoup les travailleurs (coiffure par ex.). Les produits synthétiques ont envahi nos demeures, véhicules et lieux publics. De plus, les milieux urbains s'étendent et supplantent de plus en plus les milieux naturels, affaiblissant parallèlement nos milieux cellulaires internes.

Le grand ménage annuel du corps n'est plus suffisant... il doit être nettoyé régulièrement. Mais avant d'aborder les différentes cures possibles, explorons ce qui peut être fait en prévention, au niveau de nos choix de tous les jours, pour réduire la charge toxique du corps. N'oubliez pas que ce qui est sain pour vos cellules l'est aussi pour l'environnement; réduire le niveau de toxicité interne permet d'améliorer l'état de la planète et cela revient conséquemment à vous, vos proches et les génératons futures.

Prévention - différents choix de consommation:

  1. Eau et boissons de toutes sortes
    1. Eau de bonne qualité, jus naturels, thés et tisanes de bonne qualité, sans pesticides, engrais chimiques, sucre ajouté, colorants et saveurs artificielles. Choix de culture biologique ou cueillette en nature.
    2. Autres jus, cocktails, tisanes, cafés ou thés: résidus potentiels de pesticides, colorants, arômes artificiels.
    3. Boissons gazeuses, énergisantes ou alcoolisées: alcool, acides, colorants, divers.
    4. Eau et boissons entreposées dans des contenants de plastique, boissons chaudes dans des gobelets synthétiques (mousse Styrofoam par exemple): sources de contaminants, dont le BPA dans les plastiques (xéno-oestrogènes).
    5. Eau chlorée ou de mauvaise qualité, contaminée par la plomberie ou par des résidus dans le chauffe-eau. Eau de puits artésien trop riche en certains minéraux.
    6. Vins: sulfites, résidus de pesticides. Choix de culture biologique et de bonne qualité.
  2. Qualité de l'air
    1. Air sain, filtré ou de la nature. Aérer la maison régulièrement en hiver, idéalement chaque jour. Sortir pour respirer quotidiennement.
    2. Air vicié par des moississures ou contaminé par des produits chimiques entreposés à l'intérieur ou par des polluants à l'extérieur. Parfums d'intérieur.
    3. Air filtré sans un entretien convenable des conduites et des filtres.
    4. Éviter les tapis ou les laver régulièrement.
    5. Les matériaux peuvent également dégager des polluants, donc choisir le plus possible des matériaux sains.
    6. Entreposer les produits chimiques et d'entretien dans un endroit aéré (garage ou remise).
    7. Fumée de cigarette ou autres fumées.
  3. Aliments
    1. Sains et naturels, biologiques ou cultivés sans pesticides, herbicides ou engrais chimiques.
    2. Les aliments peuvent être contaminés par des substances extraites de contenants ou de sacs synthétiques (plastique, mousse). Porter particulièrement attention aux changements de température du plastique, dont la cuisson d'aliments au four micro-ondes.
    3. Protéines:
      1. Viandes provenant d'animaux bien élevés, sans hormones ou intrants chimiques. Poissons sauvages. Gibier. Oeufs de poules nourries aux grains naturels, sans produits chimiques.
      2. Tout excès de protéines d'origine animale et particulièrement de viande rouge représente un grand défi pour le corps. Ces protéines créent des acides forts qui perturbent le pH interne et irritent les organes de transformation et d'élimination.
      3. Varier les sources de protéines en incluant les sources végétales. Elles sont faciles à utiliser, nombreuses et délicieuses: légumineuses variées, noix et graines, produits du soya.
      4. Cependant ne pas abuser du soya; pas plus d'une portion par jour. Le soya a un impact au niveau hormonal.
    4. Aliments transformés, Fast-food: additifs chimiques, glutamate monosodique (GMS) ou équivalents, coloants, résidus de pesticides ou traces d'hormones.
    5. Sucres: question de qualité et de quantité.
      1. Éviter sucre blanc, sirop de maïs, sucre inverti, glucose-fructose, édulcorants artificiels, bonbons et produits alimentaires riches en sucre.
      2. Consommer peu de sucrants et les plus naturels possible: miel, fruits séchés, fruits et leur jus, sucre et sirop d'érable, beurre de pommes, sirop d'agave, mélasse verte Blackstrap et mélasse de dattes.
      3. L'extrait de stévia (Stevia rebaudiana) est un excellent édulcorant naturel. Le xylitol dans les friandises et les gommes à mâcher peut être un bon choix, en petite quantité.
    6. Gras et huiles:
      1. Peuvent contenir des résidus de pesticides, additifs, traces d'hormones. Huiles rancies ou surchauffées (chips, friture), transformées chimiquement (saturées, estérifiées, trans), etc.
      2. Choix santé: huiles naturelles variées de première pression à froid (extra-vierge pour l'huile d'olive), biologiques ou de culture propre (sans pesticides, herbicides ou engrais chimiques), sans additifs, ni colorants. Margarine faite de ces huiles. Peu de gras d'origine animale et de provenance saine (biologique ou élevage propre). Avocat. Olives biologiques.
      3. Sources végétales d'huiles oméga-3 crues: graines et huiles de lin, chanvre et chia, huile d'argan, de canola, huile d'Udo de Flora, etc.
    7. Féculents:
      1. Ils engorgent le corps peu à peu, épaississant les sécrétions naturelles (mucosités), perturbant la digestion, la flore intestinale et l'élimination (selles) entre autres.
      2. Ce sont les farines raffinées (blanche non-blanchie, tout-usage, de "blé entier" commercial), ainsi que tout ce qui en dérive (pains, pâtes, pâtisseries, couscous, tapioca). Les pommes de terre, le manioc, la patate douce et la banane plantain en font partie, de même que plusieurs grains dépourvus de leur enveloppe (son et germe): orge perlé, riz blanc, avoine à cuisson rapide.
      3. Choisir des farines intégrales ou plus complètes (avec plus de son) et des pains, pâtes et pâtisseries confectionnés avec ces farines. En manger peu et intégrer des grains entiers variés au menu (quinoa, sarrasin, orge mondé, millet, amarante, kamut, épeautre, seigle, etc.).
  4. Médicaments
    1. Les médicaments sont généralement des éléments qui nécessitent une gestion importante pour le corps, impliquant les organes d'absorption (peau, système digestif ou poumons), de transformation (foie) et d'élimination (peau, reins, intestins).
    2. La forme sous laquelle ils sont présentés (comprimé, capsule, caplet, crème, vaporisateur) introduit des substances supplémentaires.
    3. Essayer d'éviter d'en prendre plusieurs différents car les risques d'interaction médicamenteuse et d'effets secondaires sont élevés et, à plus ou moins long terme, certains organes peuvent être affectés.
    4. Lorsqu'ils sont nécessaires, veiller à en prendre la quantité minimale pour l'effet escompté, en concertation avec le médecin ou le pharmacien.
    5. Essayer de travailler le problème de santé visé d'une manière globale, en corrigeant l'alimentation, les habitudes de vie, en améliorant la gestion du stress et en adoptant un programme d'exercice au besoin.
    6. Dès qu'il est possible d'en éliminer, en parler au médecin et demander l'aide d'un conseiller qualifié s'il est préférable ou possible de remplacer le médicament prescrit par un produit de santé naturel (hormones par ex.).
  5. Produits de santé naturels
    1. Les produits de santé naturels sont généralement peu toxiques et ne causent que peu d'effets secondaires aux doses recommandées. Ils doivent être bien choisis, pour leur qualité et leur efficacité. Un conseiller expérimenté est un atout important lorsqu'il s'agit d'un problème de santé spécifique.
    2. Au niveau qualité, il existe sur le marché de nombreuses compagnies aux philosophies différentes. Certaines sont disponibles partout, très publicisées donc très connues, parfois très abordables. Leur qualité n'est cependant pas toujours à la hauteur des attentes créées. D'autres ne se retrouvent que dans les magasins de produits naturels ou sont plus chères à l'achat, mais ont une qualité supérieure. Et il y a toutes les variantes entre les deux.
    3. Choisir les produits en fonction du sérieux du fabricant, de l'information disponible, de la qualité des constituants mais aussi de la synergie entre eux et de leur force respective.
    4. Choisir la forme appropriée (capsule, comprimé, crème, liquide) en fonction de la qualité d'absorption du produit et de l'effet escompté. Comme pour les médicaments, ces différentes présentations comportent des substances que le corps doit gérer, alors choisir des compagnies qui n'utilisent que des ingrédients sains.
    5. Les produits de santé naturels peuvent être classés en deux catégories: les fortifiants ou compléments nutritionnels et les produits traitantsspécifiques.
      1. En général, les nombreux compléments nutritionnels peuvent être consommés régulièrement ou sur de plus longues durées: vitamines, minéraux, plantes fortifiantes, algues, huiles, petit-lait de chèvre, levures alimentaires, etc.
      2. Les produits traitants sont de merveilleuses béquilles pour vous remettre sur pied pendant que le corps se répare et que vous effectuez les changements nécessaires pour retrouver l'équilibre et la santé. Cependant ce sont plutôt des produits de court à moyen terme. Demander l'aide d'un conseiller au besoin.
    6. Les huiles essentielles sont de merveilleux outils, très puissants. Il faut cependant user de prudence en les utilisant. Certaines sont toxiques lorsqu'elles sont appliquées pures sur la peau et d'autres ne doivent pas être avalées. Vérifier d'avoir toute l'information nécessaire avant usage et faites-vous bien conseiller.
  6. Produits cosmétiques et de soin corporel
    1. La peau est un organe de grande envergure, qui absorbe beaucoup d'éléments. Organe de protection de première ligne (barrière physique) aussi impliqué dans l'élimination, il est important de nourrir la peau sans l'encombrer de toxines supplémentaires.
    2. Choisir des produits conçus avec des ingrédients sains, les plus naturels possible: huiles de qualité, extraits de plantes, huiles essentielles, eaux florales, vitamines, conservateurs naturels (vitamine E, C, acides de fruits (malique ou citrique), extrait de pépins de pamplemousse), cire d'abeille.
    3. Beaucoup de produits comportant des ingrédients sains (extraits de plantes ou huiles) peuvent toutefois contenir une gamme d'additifs: préservateurs chimiques, colorants, gelée de pétrole, agents de texture, émulsifiants, parfums, etc.
    4. Les produits pour le maquillage sont particulièrement importants au niveau des choix, car ils peuvent contenir de nombreux ingrédients potentiellement toxiques, qui peuvent être absorbés par les muqueuses (lèvres, yeux). Ces produits peuvent également causer des allergies. Il existe des choix naturels d'excellente qualité: à découvrir !
    5. Dans le domaine de la coiffure, utiliser les produits les plus doux et sains possible. Il existe des alternatives naturelles ou moins chimiques.
      1. Teinter les cheveux au henné ou utiliser des colorations permanentes sans ammoniaque, contenant moins de peroxyde. Certaines gammes ne contiennent pas de résorcine; à privilégier en cas d'allergies ou de cancer.
      2. Shampooings et revitalisants sans laureth sulfate, colorants, parfums synthétiques, etc.
      3. Fixatifs sans solvants ou gelée coiffante aux ingrédients naturels.
    6. Éviter les vernis à ongles: solvants et colorants.
    7. Attention aux parfums.
  7. Produits d'entretien ou de nettoyage
    1. Produits simples, naturels, biodégradables et le moins toxique possible: vinaigre, savon, borax, bicarbonate de soude, détergents biodégradables, etc.
    2. Au niveau des produits biodégradables, il y a des distinctions. Il y a maintenant une foule de produits sans phophates biodégradables, mais peu de ces produits ne sont pas du tout toxiques. Il en existe cependant quelques choix dans les magasins de produits naturels.
    3. Produits d'entretien courants, domestiques ou industriels: nombreux produits chimiques de classes variées, possibilité d'agents cancérigènes, polluants.
    4. Porter des gants permet d'éviter l'absorption par la peau. Ne pas hésiter à porter un masque lorsque des aérosols sont produits.
  8. Matériauxet autres
    1. De nombreux matériaux nous environnent à la maison, au travail, dans les lieux publics, la voiture, les transports en commun. Beaucoup d'entre eux sont synthétiques et dégagent des éléments potentiellement nocifs dans l'atmosphère. Ce peut être le matériau lui-même ou un enduit, une colle, une peinture, etc.
    2. Choisir les matériaux les plus sains possible pour la maison. De nombreuses alternatives préférables pour la santé et l'environnement sont disponibles.
  9. Une autre forme de perturbation, encore plus discrète, peut produire des dérèglements: l'exposition aux champs électromagnétiques.
    1. Certaines personnes en sont très affectées et beaucoup ne sont pas conscientes de leurs effets.
    2. Cette forme de pollution doit être de plus en plus prise en compte, car il y a de moins en moins d'environnements qui n'y sont pas soumis.
    3. De plus, plusieurs appareils sont portables ou font partie du poste de travail et peuvent demeurer près du corps de longues heures chaque jour (téléphone cellulaire, ordinateur).
    4. Finalement, les normes varient beaucoup selon les pays, ce qui rend difficile l'évaluation de l'exposition.

Les sources de toxicité sont donc nombreuses et l'exposition chronique peut être importante à moyen ou long terme. Cependant, puisque la plupart de ces sources découlent de nos choix de consommation ou d'habitudes de vie, une grande part de toxicité peut être évitée. La prévention demeure toujours l'une des meilleures options.

Il n'est jamais trop tard pour choisir le bien-être et la santé !

 

{JFBCRecommendations} {JFBCCommentsCount} {JFBCComments}