Le diabète serait lié à l'arsenic

Le diabète serait lié à l'arsenic

Radio-Canada    le mercredi 20 août 2008

diabete

Le Journal of the American Medical Association (JAMA) a publié mercredi une étude selon laquelle l'arsenic qui se trouve dans l'eau potable serait lié au diabète de type 2 de l'adulte et ce, même à faible dose.

Le Dr Ana Navas-Acien, de l'Université Johns Hopkins de Baltimore, a étudié 788 adultes âgés d'au moins 20 ans dont l'urine a été analysée pour connaître sa teneur en arsenic en 2003-2004.

Au total, 7,7 % des participants de ce groupe souffraient de diabète de l'adulte. Après avoir pris en compte d'autres facteurs de risque, les médecins ont déterminé que le groupe de diabétiques avait une teneur en arsenic dans leur urine 26 % plus élevée que ceux ne souffrant pas de diabète.

Les auteurs de cette étude ont également calculé que 20 % des participants qui avaient les niveaux d'arsenic les plus élevés, soit 16,5 microgrammes par litre d'urine, avaient 3,6 fois plus de risque de développer un diabète de type 2 que les 20 % avec la teneur la plus faible, soit 3 microgrammes par litre.

Selon ces médecins, l'arsenic pourrait aussi avoir un effet sur des facteurs génétiques qui interfèrent avec la sensibilité de l'organisme humain à l'insuline et sur d'autres processus contribuant à l'inflammation qui endommage, voire détruit, certaines cellules. Ce dernier phénomène est aussi lié au développement du diabète.

Selon les chercheurs, le fait d'élucider le rôle joué par l'arsenic dans l'épidémie de diabète est « une priorité de santé publique ».

Aux États-Unis, 13 millions de personnes boivent de l'eau du robinet dont la teneur en arsenic dépasse les 10 microgrammes par litre, un taux jugé comme étant le maximum acceptable par l'agence fédérale de protection de l'environnement (EPA), précisent les chercheurs.

Inodore, incolore et sans goût, l'arsenic est hautement toxique à doses élevées est facilement soluble dans l'eau ou d'autres liquides.

Au Canada, environ 2 millions d'individus souffrent de cette maladie. Au Québec seulement, les autorités sanitaires estiment à près de 550 000 le nombre de personnes atteintes, et la moitié ignore son état.

 

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse